Se souvenir pour avancer

Bien plus quun espace ddi la vie de Rabin, le Centre Yitzhak Rabin est un trsor darchitecture, fascinant et stimulant, consacr lhistoire moderne dIsral et lvolution de sa socit

Piqu de curiosit en entrant dans le parking du Centre Yitzhak Rabin, chaque visiteur sattarde sur cette vieille Cadillac gris anthracite, aux vitres teintes et orne de deux petits drapeaux dIsral jaunis par le temps. Cest la limousine qui a transport le Premier ministre Yitzhak Rabin lhpital Ichilov de Tel-Aviv le soir de son assassinat. Ce 4 Novembre 1995, Rabin participait un grand « rassemblement pour la paix » sur la place des rois dIsral (depuis rebaptise place Rabin) avant dtre abattu de deux balles dans le dos par un extrmiste juif oppos aux accords dOslo.

Exposition permanente du Centre Rabin
Exposition permanente du Centre RabinCentre Rabin

Depuis plus de dix ans, le Centre Rabin uvre la transmission des valeurs dmocratiques et des notions de tolrance au travers de son muse, de ses diverses expositions, mais surtout grce un programme ducatif cr spcialement pour les enfants, les jeunes tudiants et les soldats israliens. Ce programme, a pour objectif de prsenter un modle de cohsion sociale bas sur les principes et les initiatives d'Yitzhak Rabin visant promouvoir la scurit et la paix en Isral.

Investir dans la jeunesse

Prs de 20.000 soldats foulent le sol du Centre Rabin chaque anne. Le Centre Rabin travaille troitement avec l'arme isralienne, dont il est un des principaux pourvoyeurs de programmes ducatifs centrs sur l'histoire d'Isral, la dmocratie, la socit et le leadership. « Investir dans la jeunesse est essentiel au maintien d'une socit pluraliste et dmocratique en Isral », explique Nurit Levinovsky, directrice du programme ducatif du Centre Rabin. « En adaptant nos programmes chaque groupe, nous travaillons sur les dilemmes et les dfis dune socit moderne, pour tre l'coute des besoins de tous les citoyens peu importe leur origine, leur ethnie ou leur classe sociale ».

Au cur de ce travail ducatif se trouve le muse dIsral. Construit en spiral la faon du Guggenheim, le muse dIsral est constitu dune unique alle descendante qui retrace la vie dYitzhak Rabin. Adjacentes cette voie, dix petites salles documentent lhistoire dIsral depuis sa cration nos jours. Ce muse interactif – unique en son genre – prsente ainsi les succs, les dfaites, les guerres et les conflits, les changements politiques et culturels, les vagues dimmigrations, le progrs, les dfis et les dilemmes dIsral au travers de la vie de Rabin, dcrit ici comme un lment gnrationnel plutt quune figure historique.

Archives du Centre Rabin
Archives du Centre RabinArchives du Centre Rabin

Par ailleurs, le Centre Rabin – en partenariat avec le thtre pour enfant Orna Porat – organise rgulirement des reprsentations ludiques pour le plus jeune public. « Un leader est n », est un spectacle ducatif et interactif qui utilise le Muse d'Isral comme toile de fond historique et o des artistes dpeignent des personnages comme Theodor Herzl, David Ben Gurion, Golda Meir, Menahem Begin et bien videmment, Yitzhak Rabin.

Tous les points de vue

« Par essence, le muse se veut inclusif. Limportant ici est de montrer tous les points de vue, pour ne pas renforcer la haine », explique encore Nurit Levinovsky au milieu dune salle reconstituant un village palestinien de Cisjordanie durant la premire Intifada. La partie consacre aux accords dOslo notamment, transmet un message fort : au-del des accomplissements historiques dYitzhak Rabin, les diffrentes opinions sont quitablement reprsentes et documentes.

Le muse dIsral accueil plus de 100.000 visiteurs par an. En plus de visites encadres, des audioguides sont disponibles en plusieurs langues dont langlais, le franais, le russe ou encore larabe. Parmi les pices maitresses du muse ; le bureau dYitzhak Rabin, conserv tel que le Premier ministre la quitt pour la dernire fois. Mais aussi son prix Nobel, ses carnets de soldat, ses mdailles dofficier, ses agendas de chef dEtat-major, ses notes de ministre, ses cris de chef dEtat, ses photos, ses multitudes de cigarettes crases dans un cendrier offert par la Maison blanche et le chant de la paix. Cette feuille de papier ensanglante sur laquelle sont imprimes les paroles dune chanson entonne par la foule, qui tait plie et range dans une poche de la veste de Rabin ce soir de novembre 1995.

« Lorsque le Centre Rabin a t fond en 1997, nous avons dcid de crer une institution qui aide gurir les blessures de notre socit et qui ralise le rve de mon pre : amliorer la vie et la scurit des Israliens, » raconte Dalia, la fille dYitzhak Rabin. « En duquant les gnrations futures et en leur donnant lexemple dYitzhak Rabin, nous esprons accroitre la capacit de notre pays relever les dfis pour quil puisse atteindre ses plus hauts sommets », poursuit la prsidente du Centre Yitzhak Rabin.

Exposition permanente du Centre Rabin
Exposition permanente du Centre RabinCentre Rabin

Mais comme beaucoup dinstitutions de cette envergure, le Centre Yitzhak Rabin dpend largement d'un soutien financier priv. « Nous tendons la main tous les secteurs de la socit isralienne. Nos ateliers et programmes ducatifs se veulent collaboratifs et apportent de la cohsion pour renforcer nos valeurs dmocratiques. Jespre que chacun puisse nous rejoindre et soutenir cet effort important quest la prennit de lhritage de mon pre », affirme Dalia Rabin.

Opration Yonatan

Si une importante partie de sa carrire sest droule au sein de larme, cest en tant que Premier ministre quYitzhak Rabin a supervis une des oprations miliaires encore reconnues aujourdhui comme des plus audacieuses de lhistoire : le sauvetage de 252 otages, passagers dun vol Tel Aviv/Paris dAir France, dtourn par quatre terroristes en Ouganda. Le raid dEntebbe, rebaptis opration Yonatan - en hommage au jeune officier, et frre de lactuel Premier ministre Benyamin Netanyahu, tomb au combat - fait lobjet dune exposition particulire au Centre Rabin.

Fait exceptionnel, lexposition Entebbe - dont tous les documents et objets prsents sont dorigine - a t ralise en collaboration troite avec le Mossad. Elle est ainsi divise en deux parties ; la premire documente le ct isralien de lopration (Mossad, arme et gouvernement), tandis que lautre relate le ct humain en donnant la parole aux otages.

On y dcouvre notamment lhistoire de Patricia Martell, une infirmire isralo-britannique qui se blesse volontairement avec une pingle au dbut de la prise dotage et prtend faire une fausse-couche pour tre vacue. Relche par les terroristes en Libye, elle se rend lambassade britannique o elle prend immdiatement contact avec le Mossad. Les informations de Patricia Martell sont dune importance capitale la russite du raid. Lironie de lhistoire a voulu que cette infirmire, qui exerait lhpital Tel Hashomer prs de Tel Aviv, soigna quelques mois auparavant le prsident ougandais - et complice de la prise dotage - Idi Amin Dada, venu discrtement se faire soigner en Isral pour une maladie sexuellement transmissible.

 « Pour moi, Entebbe incarne les plus grandes qualits de notre peuple et de notre arme. Du dbut la fin, cette opration illustre la dtermination, lhabilet, et le cran dassumer ses responsabilits », conclut Dalia Rabin.

Pour plus d'informations : www.rabincenter.org.il