Créations du monde

C’est par amour des pierres précieuses que Stéphanie Deydier s’est lancée, il y a dix ans, dans la création de bijoux. Après quelques années passées chez Christie’s, la jeune créatrice propose et impose ses premiers croquis dans la lignée respectueuse et passionnée de l’esthétisme et du raffinement des maitres de la Haute Joaillerie

De ses nombreux voyages au bout du monde, Stéphanie Deydier transforme ses souvenirs en créations. Vive, généreuse et pétillante, elle insuffle sa modernité dans ses collections. Ses bijoux se distinguent non seulement par la recherche du précieux, mais aussi par la culture de l’inattendu.

Demeter - Bague panda en or gris, sertie de diamants noirs et blancs taille brillantCourtesy Stéphanie Deydier

Ses créations allient au luxe des pierres d’exceptions, l’élégance subtile d’un savoir-faire « à la française ». Simple et pourtant sophistiqué, l’univers de chacune de ses collections est une véritable invitation au voyage.

Petite fille d’un membre de l’Ecole Française d’Extrême-Orient et conservateur du musée de Vientiane au Laos, fille d’un antiquaire spécialiste incontesté de l’art ancien chinois, quoi de plus naturel pour Stéphanie Deydier que de puiser, pour ses premières collections, son inspiration au sein des univers qui l’ont bercée depuis l’enfance ?

C’est ainsi que dans ses  Légendes de Yazhou, chapitres I et II, la talentueuse créatrice décline les thématiques merveilleuses de l’extrême orient : du panda au paon, en passant par la kokeshi en kimono ou encore par Buddha. Dans un hommage à l’œuf de Fabergé et aux Matryoshkas, Stéphanie Deydier surprend, avec la collection Kkrasivy qui rappelle l’architecture pittoresque de la place Rouge et de la cathédrale Sainte-Basile de Moscou. Enfin, si Nuutuittuq, la collection Inuit, est une ode à l’étoile polaire, au soleil de minuit, aux aurores boréales, à la glace, aux pingouins, aux ours et autres esquimaux ; la Collection florale, elle, se définie simplement : une explosion de couleurs dans un design ultra-précis.

Mais avec l’expérience et la maturité, la créatrice révèle vouloir aujourd’hui puiser dans sa propre culture pour se lancer un nouveau défi…

Crab - diamant 2.14 carats, pates pavées de rubis, monture en or rougeCourtesy Stéphanie Deydier

Désormais accomplie et reconnue, Stéphanie Deydier ressent l’envie de s’aventurer professionnellement en Israël, pays cher à son cœur et où elle se rend régulièrement. « Mon judaïsme et mon lien à Jérusalem ont une dimension sacrée. Ce serait pour moi un accomplissement ultime de créer une collection israélienne », confie la jeune créatrice. Ses deux symboles forts ? La harpe et les ailes d’une colombe. Elle les a dessinés il y a longtemps déjà, déclinés en une dizaine de croquis qu’elle gardait précieusement depuis des années, par pudeur. Cependant, celle qui se réservait le temps de la réflexion, s’est décidée cette année à faire breveter sa ‘madeleine de Proust’.

 

Retrouvez l’univers de la créatrice sur www.stephaniedeydier.com