Atterrissage imminent

Le nouvel aéroport international Ramon, construit à proximité d’Eilat, doit être achevé en 2017 et permettra une augmentation de 300% du tourisme dans le sud d’Israël

Le nouvel aéroport international Ilan et Assaf Ramon doit mettre fin à la division des opérations entre les aéroports d’Eilat et d’Ovda dans le sud du pays. Il s’agira du second aéroport international d’Israël. Son coût de construction s’élève à 1,6 milliard de shekels (370 millions d’euros) et sa superficie sera de 5,4 km².

Aéroport international RamonCourtesy

L’aéroport Ramon devrait permettre une augmentation significative du tourisme dans le sud d’Israël. Il pourra accueillir plus de 1,8 million de passagers par an, dont 1,4 million de voyageurs nationaux et 400.000 touristes étrangers.

Stimuler le tourisme local

En avril 2013, le ministre israélien des Transports, Yisrael Katz, a signé un accord « Open Skies » historique avec l’Union Européenne pour mettre fin à la plupart des restrictions de vol entre Israël et l’Europe. Les résultats ne se sont pas faits attendre. Israël est devenu une destination attractive pour les compagnies européennes à bas coût et, presque immédiatement, de nouvelles compagnies ont mis en place des vols vers l’aéroport Ben Gurion.

L’aéroport d’Ovda, proche d’Eilat, en a également profité. Le nombre de touristes étrangers stationnant à Eilat était en chute constante pour atteindre son plus bas en 2014 après l’opération Bordure Protectrice et la crise économique en Russie. Alors que les touristes étrangers représentaient généralement 30% de l’ensemble des vacanciers, ce chiffre était tombé à 10%.

« Suite à l’accord Open Skies, les charters et les compagnies low-cost ont commencé à faire venir des vacanciers de pays comme la Russie, la France, l’Angleterre, la Scandinavie, la Hongrie, la Pologne et la Lituanie », explique Hanan Moscovitz, le directeur général des aéroports d’Eilat et d’Ovda pour l’autorité aéroportuaire d’Israël. « Même RyanAir, la plus grande compagnie low-cost européenne avec une flotte de 300 avions, s’est mise à voyager à Ovda. Aujourd’hui, ils ont près de six vols par semaine avec une moyenne de 143 passagers par vol ».

Si la plupart des touristes européens viennent à Eilat en raison des vols à petits prix, du soleil et de la plage, de nombreux voyageurs profitent également des attractions uniques de la région. « Nous les encourageons à aller à Petra, dans le Sinaï et à la Mer morte », précise Moscovitz.

Le nouvel aéroport sera encore plus attrayant pour les compagnies étrangères et le nombre de vols devrait augmenter de manière significative. L’autorité aéroportuaire d’Israël envisage même d’offrir divers bénéfices aux compagnies qui opéreront vers le nouvel aéroport Ramon.

Hommage à Ilan et Assaf Ramon

L’aéroport international Ramon a été nommé en hommage à Ilan Ramon, le premier astronaute israélien, décédé lors de la désintégration de la navette spatiale Columbia au moment de son retour sur Terre en 2003, et à son fils Assaf, un pilote militaire, mort six ans plus tard dans un crash lors d’un vol d’entraînement. 

La construction doit s’achever en avril 2017. L’aéroport sera pleinement opérationnel six mois plus tard. « Nous sommes sur le point de remplir tous nos objectifs », affirme Yaakov Ganot, le directeur général de l’autorité aéroportuaire d’Israël. « Le projet sera achevé sans surcoût et nous respecterons nos obligations envers le gouvernement et le ministre Katz. Nous allons construire un aéroport qui accueillera tout type d’avions arrivant du monde entier ».

Réplique miniature de l’aéroport international Ben Gurion, l’aéroport Ramon comprendra des zones séparées pour les voyageurs nationaux et internationaux et des services commerciaux tels que des magasins duty-free ou des restaurants. Le terminal occupera un espace de 30.000 mètres carrés, dont 32 comptoirs d’enregistrement et huit portails pour les navettes conduisant aux avions. Au final, le terminal sera cinq fois plus grand que ceux d’Eilat et d’Ovda réunis.

L’un des principaux attraits du nouvel aéroport est son infrastructure, conçue pour accueillir tout type d’appareils, dont les gros-porteurs comme le Boeing 747-400. La piste de décollage et la voie de circulation feront 3.600 mètres de long et la voie de circulation 45 mètres de large avec 7,5 mètres supplémentaires des deux côtés. Le tarmac comprendra 16 aires de stationnement pour les avions de ligne classiques, six aires pour les gros-porteurs et du stationnement supplémentaire pour les appareils plus modestes et les avions à turbopropulseur. L’aéroport Ramon offrira des créneaux horaires flexibles et des tarifs attrayants pour les compagnies.

Technologies de pointe

Pour s’assurer que le nouvel aéroport fonctionne parfaitement dès le premier jour, une équipe spéciale de transition, l’ORAT (Operational Readiness, Activation and Transition), a été mise en place et vérifie que la construction respecte les délais et le budget impartis. L’équipe de l’ORAT est composée d’experts de l’aéroport Ben Gurion et des aéroports locaux d’Eilat et d’Ovda, qui travaillent selon des standards internationaux. À son ouverture l’an prochain, l’aéroport Ramon sera dirigé par l’autorité aéroportuaire d’Israël.

Le nouvel aéroport sera servi par des technologies de pointe, présentes dans l’ensemble des domaines : sécuritaire, opérationnel et directionnel. L’aéroport disposera ainsi du système de contrôle de bagage ultramoderne HBS (Hold Baggage Screening), qui permet de vérifier le contenu de 100% des valises. Le contrôle et la surveillance du trafic au sol seront gérés par le système A-SMGCS (Advanced Surface Movement Guidance and Control Systems). Les données de surveillance seront, elles, intégrées au système d’aide à la détection de conflits Sensis Safety Logic et à d’autres algorithmes ainsi qu’au système Electronic Flight Strip (EFS) pour les informations de vol et d’autres données liées au contrôle du trafic aérien.

L’aéroport se situe à quelques pas de splendides sites naturels, dont plusieurs figurent au patrimoine mondial de l’UNESCO. Par respect scrupuleux de l’environnement, l’aéroport est un projet écologique. De grands efforts sont menés pour préserver le caractère spécifique du désert environnant : les matériaux de construction sont extraits localement et, plutôt que du gazon, le décor de l’aéroport sera constitué des sols désertiques retirés lors de la construction.

Un centre d’énergie solaire fournira l’électricité, tandis que le système d’air conditionné sera aussi écologique et économique que possible, utilisant de l’eau refroidie la nuit, aux heures où l’électricité coûte moins cher.

Le nouvel aéroport sera facilement accessible par bus et disposera d’un parking courte et longue durée. Un service de navette à prix raisonnable sera également disponible pour transporter les passagers de l’aéroport à Eilat.

Pour plus d’informations sur l’aéroport international Ramon, rendez-vous sur www.iaa.gov.il